Page 15 - articles
P. 15
Le coach Byron
Scott interviewé par
notre journaliste.

© Richard Dalton 2015 Au centre d’entraînement
Toyota Sports Center
d’El Segundo.

L es ballons rebondissent dans le gymnase du fan depuis plus de 50 ans, Wilt Chamberlain est © Richard Dalton 2015
Toyota Center, où les 17 joueurs des Lakers incontestablement l’un des meilleurs : « Il a mar-
s’entraînent pratiquement chaque jour. Sur qué 100 points en un seul match, face aux Knicks
le bord du terrain, John Black, le directeur des de New York, le 2 mars 62 ! Ce n’est plus jamais
relations avec la presse, veille sur une dizaine de arrivé », explique-t-il, admiratif. Kareem Abdul-
journalistes habitués des lieux. Nous nous faufi- Jabbar, un autre recordman des points en NBA
lons parmi eux pour mieux comprendre l’en- (38 387 dont 24 176 avec les Lakers), a gagné cinq une chaise à même le terrain, le joueur Sean
gouement. Au milieu des micros et caméras, titres avec l’équipe de L.A. Meilleur marqueur de Starkey s’émerveille : « Kobe m’a enseigné la
Marc Medina, du « Los Angeles Daily News », tous les temps, véritable machine à scorer. Avec détermination, la passion et l’amour du jeu. »
nous explique : « C’est 7 jours sur 7, 24 heures classe, il assure le spectacle et les victoires de 1980 Dans les tribunes, Rick Schwartz, producteur
sur 24 pour ces athlètes. 82 matchs par saison : à 1988, aux côtés de Magic Johnson, avec qui la de 52 ans, a commencé à assister aux matchs,
41 à la maison, 41 sur la route. » Alors que les légende a pris toute son ampleur. Magic sera enfant, avec son père. Il nous raconte : « Les fans
exercices tactiques se poursuivent aux quatre l’âme des Lakers, pendant la célèbre Showtime des Lakers appartiennent à une grande famille.
coins de la salle, les questions-réponses des mé- Era, une période faste pour l’équipe. Jerry Buss L’équipe a toujours attiré les meilleurs talents,
dias sportifs s’enchaînent, il faut happer ceux qui rachète la franchise en 79 et lance une nouvelle des superstars. » Pour Richard Hoffman, ses
s’arrêtent quelques minutes pour se reposer. ère, celle du divertissement. Le spectacle prend Lakers sont source de plaisir, relaxation, diver-
Essoufflé, D’Angelo Russell, nouvelle recrue de place sur le terrain mais aussi dans les tribunes tissement et joie.
19 ans, partage son enthousiasme de jouer dans avec les stars de Hollywood. De son côté, Jorge Blanco soutient ses
une équipe mythique : « C’est génial ! Il y a bien C’est aussi le début des Laker Girls, les dan- joueurs face aux détracteurs, qui pensent qu’ils
sûr la pression de l’héritage, mais je reste positif seuses qui animent les intermèdes. « Buss voulait gagnent trop d’argent. 25 millions par an pour
et surtout moi-même. » Pas le temps de traîner des athlètes qui puissent assurer le show », com- Kobe Bryant, et entre 3 et 5 millions pour les
avec nous, D’Angelo est déjà de retour autour du mente le journaliste Marc Medina, en ajoutant : plus jeunes. « Ils le méritent, ils travaillent dur,
panier quand Byron Scott, l’entraîneur, accepte « Jack Nicholson assiste régulièrement aux matchs font énormément de sacrifices et nous diver-
e de se confier sur sa responsabilité : « L’objectif a depuis cette époque, c’est un très grand fan, tout tissent, comme les stars de cinéma ! »
- toujours été de gagner. Il s’agit de passer la magie comme Denzel Washington. » Pour Jorge Blan-
Ce soir-là, leur équipe fétiche perd face aux
de joueur en joueur. Ce qu’a été capable de faire co, 51 ans, supporter depuis son enfance, un Thunder. « On les soutient quoi qu’il arrive »,
Kareem Abdul-Jabbar pour Magic Johnson, joueur comme Johnson n’arrive que tous les sourit Jorge. Pour le journaliste Marc Medina,
Magic pour Shaquille O’Neal et Kobe Bryant. » 50 ans ! « Il avait toujours la balle, il pouvait jouer les Lakers vivent une transition. « Ils restent
Ce jour-là justement, Kobe Bryant, LA star à toutes les positions », se rappelle-t-il. optimistes, ils peuvent revenir au meilleur ni-
des Lakers, ne s’entraîne pas. « Il se repose », Finalement, Kobe Bryant est la star incontes- veau. Mais avec le départ de Kobe, comment
nous confie Byron. En novembre, le joueur de tée des Lakers, depuis 20 saisons. Visage de la maintiendront-ils l’excellence ? »
37 ans annonçait qu’il mettrait un terme à sa franchise depuis 1996, disposant d’une fantas- Dans les vestiaires, privilégiés, nous péné-
carrière dès la fin de cette saison. tique vision du jeu doublée d’une confiance en trons dans l’intimité de joueurs déçus. La mine
soi imperturbable, le Black Mamba s’est forgé déconfite, D’Angelo Russell répond pourtant
Des joueurs d’exception une légende tout au long de sa carrière. cordialement aux pressantes questions des repor-
Sous l’œil avisé du coach, la nouvelle géné- ters. Kobe, lui, retient toute l’attention lors de la
ration se prépare pour la prochaine rencontre, Des millions de fans conférence de presse d’après-match. C’est tou-

au milieu des maillots suspendus des joueurs L’engouement se vit de génération en géné- jours lui la vedette !
prestigieux qui ont créé la légende. Aux côtés de ration chez les aficionados. Plus de 21 millions En quittant le Staples Center, nous sommes
D’Angelo Russell, Julius Randle, 21 ans, et Jor- de fans vivent les aventures de leur team préférée persuadés, tout comme les fans, que la magie des
dan Clarkson, 23 ans, figurent parmi les espoirs. sur Facebook contre 20 millions pour le seul Lakers ne disparaîtra pas de sitôt. Un nouveau
« C’est un grand défi pour les responsables de Kobe Bryant, véritable produit marketing. Le souffle se prépare. Scott Byron le confirmait
trouver le nouveau Kobe ! » conclut le reporter Staples Center est sold out le soir du match aussi lors de la séance d’entraînement : « C’est
Medina. contre Oklahoma City. 18 000 personnes mon job de les rendre meilleurs chaque jour pour
© Andrew Martinez Sous leur maillot or et violet, certains pro- scandent le nom de Bryant, qui fait une entrée qu’ils puissent, à leur tour, devenir des lé-
diges du ballon ont marqué l’histoire. Pour Ri- solo triomphale, alors que les autres joueurs sont gendes. » n
chard Hoffman, 71 ans, natif de Los Angeles et déjà au warm up. Aux premières loges, assis sur
Sophie Radermecker

21

LAKERS.indd 21 12/01/16 10:07
   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20