Page 13 - articles
P. 13
sortie de prison de Paris Hilton ou de la couver- Dustin Hoffman ! » Rapidement, Giles se gare.
ture de l’arrivée des Beckham à Los Angeles par Nous sortons du véhicule. L’acteur ne nous a pas
un hélicoptère de CNN. encore aperçus, et pourtant, il est mitraillé sous
Les demandes ont changé aussi. « Ce n’est toutes les coutures. Une fois qu’il nous repère,
plus assez pour une célébrité de sourire et dire l’interprète de « Rain Man » se joue de l’objectif
bonjour lors d’une première », déclare Blair en se cachant derrière une feuille d’arbre. L’oc-
Berk, la voix des people. Discrète et profession- casion de nous approcher et de lui demander s’il
nelle, depuis son bureau sur Sunset Boulevard, est dérangé par les paparazzis. « Pas du tout, en
elle clame qu’elle est une avocate spécialisée en plus, lui, c’est un gentil », répond-il en souriant.
droit criminel et que son rôle est de discréditer Ce jour-là, nous avons tourné cinq heures
les mauvaises informations. « Les vedettes sont dans la ville sans croiser d’autres people. Sur le
des personnes comme les autres. Mais la société chemin du retour, le paparazzi se confie : « Nous © London Entertainment Group.
pense être propriétaire de ces personnalités et arrivons à capter ce que d’autres photographes
les transforme en produit… » Elle les a tous n’arrivent pas à avoir, mais nous sommes aussi DnlDeouuupsrasatinpnstaoHnrmaoozmftfzrmeieGsapinétlo.ermispblHeéasarrvsiesucor n,
défendus, de Lindsay Lohan à Leonardo DiCa- prêts à faire des choses que d’autres ne feraient
prio, en passant par Mel Gibson, Kiefer Suther- pas. Que vous l’aimiez ou pas, le paparazzi offre
land ou encore Reese Witherspoon et Cameron un service que le public demande. »
Diaz. Du côté de Venice Beach, nous retrouvons
Malibu Joe, un autre photographe de célébrités,
Stars à bout de nerfs débarqué à Los Angeles il y a dix-sept ans en

Emue, Me Berk, sans pouvoir citer le nom droite ligne du Sénégal. Sa tactique ? La discré-
de cette actrice très connue, nous retrace la triste tion. « Je suis un loup solitaire, j’évite l’alterca-
mésaventure de sa cliente : « Après des mois de tion en me cachant derrière un arbre, une voi-
recherches, elle avait enfin trouvé la propriété ture, la foule. » Il rôde en voiture ou en scooter
idéale pour son mari et ses enfants. Le jour de en attendant l’appel d’un de ses « tipsters » : un
l’emménagement, des paparazzis étaient déjà en voiturier, une serveuse ou un directeur d’hôtel
faction devant son nouveau domicile. Ils épiaient qui le renseigne sur la présence d’une person-
© Reuters en permanence depuis la rue, prenant des clichés nalité. Le paparazzi se souvient de sa vente la
de la famille. » A bout de nerfs, la comédienne plus rentable : Sharon Stone sur la plage de
a dû se résoudre à vendre la Malibu avec un homme plus
maison de ses rêves et à s’instal- jeune qu’elle. « J’ai gagné
57 000 dollars pour ce repor- Après avoir © London Entertainment Group.
Sharon Stoneler dans un ensemble résidentiel tage. » joué à
cache-cache
clos. « Le problème, c’est que Dans l’ensemble, Joe a des derrière un
relations amicales avec les stars arbre, l’acteur
m’appelletout le monde sent l’argent ici. qu’il photographie. « Les vrais nous a parlé
gentiment.
n Plus les magazines paieront Il apprécie

« Honey »r pour ces photos, plus encoura-
e geant sera pour n’importe qui artistes s’en foutent d’être pris
- dans la rue d’obtenir, à n’importe quel prix, le en photo ! Sharon m’appelle “honey” quand on Giles.

c cliché qui rapportera toujours plus », conclut se croise et Johnny Hallyday est top. Laeticia,
t l’avocate. elle, me demande qui j’ai photographié dans la
- Jill Ishkanian, ancienne rédactrice chez « US journée. »
La star nous
- Weekly », établit le même constat : « La photo L’ironie fait que le paparazzi est parfois té- a expliqué
- d’une personnalité dans la rue n’a plus beaucoup moin du manque de gentillesse de certaines qu’elle venait
a d’intérêt, mais si elle devient agressive, le cliché célébrités envers leurs fans. « Harrison Ford n’a d’acheter
prend de la valeur. » C’est ainsi que des bandes même pas regardé une admiratrice qui l’attendait le livre
de paparazzis s’organisent, l’un provoquant la patiemment alors qu’il venait d’acheter un sand- « La musique
classique pour
célébrité, l’autre prenant les photos dès que la wich », s’esclaffe Malibu Joe. Et de poursuivre : sleespNréuplsa r»e,rpàour
victime explose. « Par contre, Al Pacino se lève toujours pour un futur film.
répondre à ses fans et se faire photographier avec
La traque en Cadillac eux. »

Nous avons embarqué à bord de l’imposante Joe se fait régulièrement agresser verbale-
Cadillac Escalade de Giles Harrison, l’un des ment et parfois physiquement. Touché, il ex-
paparazzis les plus connus de la ville, qu’il plique : « Je fais simplement mon métier, et
sillonne depuis plus de vingt ans. Muni de son comme dans tous les autres, il y a des bons et des
Nikon D610, il parcourt chaque jour les quar- mauvais. On ne peut pas juger une personne sur
tiers fréquentés par les stars. « La presse nous son job. » Et de conclure, fermement : « Aucune
fait passer pour des monstres. Il est vrai que personne qui feuillette, achète et lit les maga- © London Entertainment Group.
parfois, c’est dur d’être complètement éthique zines dans lesquels sont publiées mes photos n’a
quand on a des factures à payer. » Soudain, il le droit de dire du mal d’un paparazzi. » n
nous lance, agrippant son appareil : « C’est
© Malibu Joe Sophie Radermecker, à Hollywood

PAPARAZZI.indd 23 23

16/02/16 12:24
   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18